dimanche 15 décembre 2013

DOSSIER NOËL




NOËL EN FRANCE
Le 24 décembre
       
  C'est la veille de Noël. Dans beaucoup de maisons il y a un sapin de Noël et une crèche avec les personnages de Joseph, Marie et l'enfant Jésus. Sous l'arbre, les enfants placent leurs chaussures pour recevoir les cadeaux du Père Noël.


Le soir, on va à la messe de minuit. Quand tout le monde rentre de l'église, le réveillon commence.




Le réveillon

C'est un grand repas. On mange des huîtres et de la dinde avec de la purée de marrons.
         Le dessert traditionnel, c’est la bûche de Noël, un gâteau au chocolat. Quand le repas est terminé, tout le monde danse, chante ou joue jusqu'à deux ou trois heures du matin.


Le 25 décembre

                   Tout le monde ouvre ses cadeaux. Les enfants trouvent des bonbons, des chocolats et des cadeaux sous le sapin de Noël. On prend le repas de Noël, un peu plus léger que le réveillon, heureusement!


Le 31 décembre

         C'est la Saint-Sylvestre, le dernier jour de l'année. On envoie des cartes de vœux. Le soir on réveillonne avec ses amis. À minuit, il y a un concert d'avertisseurs quand tous les automobilistes klaxonnent en même temps.




Le 6 janvier

         C'est l'Épiphanie, la fête des rois. Le soir, à table, on mange "la galette des rois". Dans la galette est cachée une fève. La personne qui trouve la fève est roi ou reine pour la journée et porte une couronne en carton.













SYMBOLES DE NOËL

Saint Nicolas 
     
     Saint Nicolas, saint patron et protecteur des petits enfants et de la Lorraine est fêté tous les 6 décembre, surtout dans l’est et le nord de la France. La légende du Père Noël est créée à partir du personnage de Saint Nicolas. Il est l’ancêtre du Père Noël.
ANd9GcS1nA63fEG3CfIbRMBok6OKEcRMeaCqxiOm-nCMVVd9kBKP3Lt9Hg     Saint Nicolas est toujours accompagné d’un personnage sinistre et toujours habillé en noir, le Père Fouettard.
      La veille de la Saint Nicolas, les petits enfants placent leurs chaussures devant la cheminée avant d’aller se coucher. S’ils sont obéissants, ils reçoivent des cadeaux et des friandises. S’ils ne sont pas sages, alors, ils reçoivent un coup de bâton donné par le Père Fouettard.

Les bougies de Noël

L’éclairage compte beaucoup dans l’atmosphère de Noël. Les bougies participent en bonne place à la fête de Noël. Le plus souvent les bougies sont rouges pour évoquer le feu et la lumière.


La crèche

En France, on installe sa crèche le premier dimanche d’Avent, ou pour la Saint Nicolas. Elle reste à la maison jusqu’au 2 février (la Chandeleur).

 



 






Le sapin de Noël
  
En Europe, la tradition du sapin apparait pour la première fois en Alsace, au XII siècle.

Le houx

 


Pour que l’année à venir soit bonne, on dit avoir du houx à la maison à Noël.







Les cartes de Noël

La tradition d’envoyer des cartes de vœux à Noël est très ancienne.
Aujourd’hui, grâce à Internet, on peut envoyer plus rapidement des cartes originales et multimédia.






Les marchés de Noël

Le marché de Noël est un marché où se vend tout ce qui touche à la fête de Noël. Traditionnels en Alsace, (notamment à Strasbourg, Mulhouse, Colmar ou encore Kaysersberg) ainsi que dans toute l'Europe centrale, ils se sont peu à peu diffusés dans de nombreuses autres villes du reste du monde.


Les marchés de Noël sont en général organisés par la municipalité pendant tout le mois de décembre. On y trouve des petites échoppes avec des articles de décoration de Noël, des produits régionaux ou artisanaux, des petits cadeaux et de quoi se restaurer (traditionnellement vin chaud, cannelle, gâteaux). Il s'accompagne d’illuminations de Noël ainsi parfois que d’autres animations.

 
  

Les premières traces des marchés de Noël remontent au XIVe siècle en Allemagne, sous l'appellation « Marché de Saint Nicolas ». Le premier document relatant un marché de Noël est daté de 1434 sous le règne de Frédéric II de Saxe, évoquant un « Striezelmarkt » qui a eu lieu à Dresde le lundi précédent Noël. Plus tard, la Réforme a perpétué la tradition en le rebaptisant « Christkindlmarkt » (marché de l'Enfant Christ) pour lutter contre le culte des saints. Le marché de Noël de Strasbourg est le plus ancien 1570, celui de Nuremberg de 1628.

 Au XIXe siècle, le Christkindelsmärik (en alsacien) se tenait au Frohnhof (place aux corvées) huit jours avant Noël et jusqu'à la messe de minuit.


 Un important renouveau, considéré comme commercial, a eu lieu au milieu des années 1990. De nombreuses villes en Europe ont instauré leur propre marché de Noël avec des chalets et parfois des attractions (patinoire éphémère, grande roue…).

 








Le repas de Noël

Le repas de Noël consistait en une simple collation. Avec les années, elle se transforma peu à peu en un repas plus copieux et plus élaboré, la dinde et la bûche de Noël constituant les ingrédients indispensables au menu festif.

La dinde de Noël, une viande typique

La dinde farcie occupe une place de choix dans le menu traditionnel de Noël et cela dans de nombreux pays du monde.  Au XVIème siècle, elle fut apportée du Mexique par les Espagnols puis domestiquée en Espagne, en France. D'ailleurs, le nom de dinde vient du fait que les premières trouvées ont été baptisées "poules d'Indes" par les Espagnols croyant revenir de l'Inde. Il a toujours été de coutume de fêter Noël avec un plat à base de volaille, essentiellement des oies, car elles étaient considérées comme l'oiseau solaire et garantissaient la protection du soleil à celui qui en mangeait. La dinde est devenue un menu de Noël car elle représentait un volatile inhabituel et était dégusté en temps de grandes fêtes. La première dinde a été mangée au cours du repas de Noël de Charles VII.


video




Un dessert de choix, la bûche glacée

Avant de devenir le dessert par excellence du repas de Noël, la bûche était l'objet d'un rite antique célébrant le solstice d'hiver. Depuis plusieurs siècles, on avait coutume au début de la veillée de mettre dans le feu une grosse bûche choisie pour sa taille et sa qualité car elle devait brûler pendant toute la soirée. Le tronc provenait de préférence d'un arbre fruitier pour garantir une bonne récolte future. La disparition des grandes cheminées dans les foyers mit fin à cette tradition mais fut remplacée par un dessert créé par un pâtissier en 1945.

                 







LES 13 DESSERTS DE PROVENCE



Traditionnellement, c'était au retour de la messe qu'il était de coutume d'offrir à ses invités les 13 desserts (le Messie entouré de ses 12 apôtres).


Les 4 fruits secs qui font partie des treize desserts sont dénommés les mendiants en raison de leur couleur à l'image de celle des robes portées par les ordres des mendiants : noisettes pour les Augustins, figues pour les franciscains, amandes pour les Carmes et raisins secs pour les Dominicains.

Aujourd'hui, cette tradition a largement dépassé le cadre religieux et il est possible aujourd'hui de retrouver 13 desserts associés à d'autres recettes y compris à la fameuse bûche de Noël. Certains confiseurs vous vendent désormais des coffrets cadeaux "13 desserts" pratiques à ceux qui n'ont pas la patience de faire leur marché de Noël.



        Liste des 13 desserts :



1.   Des noix
2.   Des figues sèches
3.   Des amandes
4.   Des raisins secs
5.   De la fougasse
6.   Du nougat blanc
7.   Du nougat noir
8.   Des dattes
9.   Des calissons d'Aix
10.De la pâte de coing
11.Du raisin blanc
12.Des oranges, des mandarines
13.Des fruits confits.